Reportage dans la ville de Tuzla en Bosnie-Herzegovine, où s'est implanté l'association Bosnian Handicrafts, s'efforçant de lutter contre le chômage croissant qui sévit dans cette ville meurtrie par la guerre. L'association s'est montée en 1995 en partenariat avec le "Norvegian People's Aid" pour donner du travail aux femmes réfugiées qui devenaient très nombreuses dans des camps autour de Tuzla. L'association est devenue indépendante en 1999. Elle emploie environ 400 femmes recrutées en fonction de l'activité, et qui sont payées immédiatement à la livraison du produit. Le recrutement se faisait au début dans les camps de réfugiés. Aujourd'hui, les candidates se présentent d'elles-mêmes, et doivent figurer sur une liste d'attente avant de pouvoir travailler pour l'association. Elles reçoivent également une formation qualifiante aux standards de qualité, aux normes de taille... Les clients principaux de Bosnian Handicrafts sont les Etats-Unis, puis la France. Viennent ensuite le Royaume Uni, la Suisse et le Japon. L'association dispose de deux magasins, à Sarajevo et Mostar. La production de Bosnian Handicrafts est ditribuée en France par la styliste Nadira Mingasson, à travers la marque Babaloo spécialisée dans les vétements enfants. Nadira a créé Babaloo en octobre 2005, après avoir travaillé pendant 5 ans avec les femmes bosniaques pour la créatrice Agnès B et la marque "bébés en vadrouille". Une vingtaine de magasins en France vendent la marque Babaloo, ainsi qu'en Belgique et au Danemark. La réussite de l'Association Bosnian Handicrafts est un succès de production quasiment unique à Tuzla, et qui reste rare en Bosnie.